top of page
L'AURORE DU PAYSAGE

23 septembre 2017

ARTS VISUELS - PERFORMANCE & MUSIQUE

projection Erewhon_HANNA ART WORKS.jpeg

Les moines d'un temple de Kyoto choisissent pour méditer le moment, entre la nuit et l'aube, où les ailes des oiseaux n'ont pas encore agité l'air. L'œuvre d'Akira Kugimachi exhale cet instant, infiniment silencieux, d'une vibration originelle de la nature.

L'aurore point, l'esprit s'éveille, il distingue les chose, nomme les émotions, retrouve leur mouvement pour l'exprimer par des symboles graphiques. maaya Wakasugi traçait, ce soir-là, des signes millénaires.

Au pays du soleil levant, il n'y a pas de mot comme "paysage". La traduction courant, 風景, "fùkeï", se compose des deux idéogrammes Fù = vent, apparence, et Kei = scène. Mais cet "environnement quelconque" s'apprécie par les cinq sens... comme l'a fait le public, à ce moment-là, en se laissant aller à : 

Contempler la création originale d'Akira Kugimachi : AIR (dessin, 2017) , et Erewhon (vidéo, 2017)

En écoutant le violoncelle de Jérémie Genet : préludes du Ruisseau et de Les Montagnes, de J.S. Bach // Papillon 1, Papillon 2, de Kaiser Saariaho

Entrer dans l'univers calligraphique de Maaya Wakasugi : Cascade - koï remontant une cascade (dessin, 2017) et Nuages au fil de l'eau (dessin, 2017)

Puis, goûter des saveurs de ce paysage, à petites gorgées de thé, de vin ou de saké : avec la cuisine de Takeshi Wakasugi et Kenji Tsuchiya, les vins de La Parcelle, le saké du Salon du Saké.

Akira Kugimachi 1.jpg

EN SAVOIR PLUS

Akira Wakasugi

Les peintures d’Akira Kugimachi réinventent le genre du paysage en proposant la contemplation d’un monde hors de l’anthropocène. La nature, omniprésente dans le travail de l’artiste, s’impose comme une forme pure et essentielle, en dehors du temps de l’homme.

Lors de sa vingt-cinquième année, Akira Kugimachi traverse une phase de doute dans sa pratique artistique. N’étant plus en mesure de créer, il lit beaucoup et s’intéresse notamment au travail de Deleuze dans lequel il retrouve beaucoup de similitudes avec la pensée bouddhiste japonaise. Deleuze explore en particulier la question de la monade, unité parfaite qui est le principe absolu. Les monades sont les éléments de toutes les choses, tant matérielles qu’incorporelles. Les représentations d’Akira Kugimachi font figure de monades par leurs caractères immuable et originel, elles ne naissent ni ne périssent. Le monde est à leur égard dépourvu d’action et, suivant les expressions de Leibniz, en elles n’existent ni portes, ni fenêtres qui puissent leur donner accès. Le travail d’Akira Kugimachi nous montre l’imperceptible à travers la majestuosité des formes et forces telluriques. L’artiste efface l’idée de personnalité individuelle pour tendre vers le cosmos et le monde en situation d’oubli de soi, il donne à contempler l’harmonie de l’univers.

Le mystère est également très présent dans le travail d’Akira Kugimachi. Il laisse volontairement planer des zones d’ombre dans ses compositions, pour donner au spectateur la liberté de concevoir son propre imaginaire. Cette dimension énigmatique se retrouve dans l’ensemble de son œuvre, elle confère sa singularité à l’artiste qui est sans nul doute l’un des plus grands peintres japonais contemporains.

(source : Pierre-Yves Caër gallery)

Maaya Wakasugi

Artiste et calligraphe, né en 1977 (Bordeaux) à Okayama, basé actuellement à Bordeaux.

Maaya a établi son style unique basée sur les pictogrammes chinois (lettres anciennes) lors de ses études à l’université Daito Bunka, l'éminent établissement d'enseignement de la calligraphie au Japon.

Visitez son site pour découvrir toute sa biographie et ses travaux : https://www.maayamaaya.com

bottom of page